De cape et d'épée

1626, chapitre IV: Au pays des Anglois

Où l'on retrouve de vieilles connaissances

Nos amis arrivent à Londres le matin même de la journée où est prévue la pendaison de l’espion du Cardinal. Déjà, l’échafaud est dressé et des vendeurs ambulants s’installent afin de servir à la foule qui se massera bientôt sur la place.

Très vite, ils se divisent la tâche : La Croix s’occupe de déterminer les endroits les plus appropriés pour tenir une embuscade, tandis que Bourbon-Condé, sous l’habit d’un prêtre catholique, est introduit dans la Tour de Londres où se trouve la cellule de l’espion. Celui-ci s’avère à être nul autre que Rosaire, cet ancien servant de Concini! Évidemment, le fin renard refuse de délivrer ses secrets tant qu’il n’est pas en sécurité.

Avec l’aide de Mehmet, Bourbon-Condé s’invite aussi chez le Duc de Buckingham, dont le palais comprend un portrait immense (et fort réussi, faut-il le préciser) de la Marquise des Îles. Il explique que, d’ici trois jours il partira avec une flotte vers la France. La rencontre est écourtée, à dessein, par l’Ottoman qui ne trouve rien de bien sain au duc.

De son côté, Ponthieu va s’assurer des bons services de l’ambassadeur français auprès de la cour de Charles II. Des chevaux et un bateau seront mis à la disposition du groupe assure ce plénipotentiaire.

La Croix et Ponthieu se mettent à l’attaque contre l’escorte de Rosaire et, avec l’aide de Bourbon-Condé et de Mehmet, se défont rapidement de la douzaine de garde et du sergent. Une figure sombre est entrevue, espionnant la scène. Sans prendre son souffle, Mehmet se lance à sa poursuite et finit par la rattraper. Stupeur! Il s’agit de la demoiselle de compagnie (les mauvaises langues diraient espionne de service) de la Duchesse de Chevreuse et nul autre que la nièce de Monsieur de Châteauvieux. La garcelette est amenée avec le groupe, bien qu’assommée brutalement par La Croix qui se retient cependant de la tuer, par respect envers l’oncle de la demoiselle.

Une fois en sécurité dans la mère patrie, Rosaire livre son information : le Maréchal d’Ornano est venu requérir du roi anglais de l’aide afin de remplacer Louis XIII par son frère Gaston. En échange, il lui promet l’aide d’une flotte qui l’aidera à capturer l’île de Ré, sur laquelle est sise un fort empêchant les Anglais de prendre La Rochelle.

La jeune Anne Clarrisse se défait de ses liens et quitte en douce, laissant un message à Monsieur de La Croix lui assurant qu’elle ne lui tient pas rancune de sa conduite passée.

Le temps presse et nos amis mettent le cap en direction de l’Île-de-Ré.

Comments

FXR FXR

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.