De cape et d'épée

1626, chapitre V - L'Île de Ré

Où nos amis sauvent la France, plus d'une fois

Moins de 24 heures après être arrivés le sol français, Ponthieu et Mehmet chevauchent à bride abattue vers l’Île de Ré, bien connue des cruciverbistes, afin de prévenir les militaires qui s’y trouvent de l’attaque imminente de la flotte anglaise.

De leur côté, Bourbon-Condé et Lacroix vont rencontrer le Cardinal pour leur faire part de leurs découvertes, notamment quant au rôle joué par D’Ornano dans ce qui ressemble à un futur coup d’État.

Ponthieu et Mehmet arrivent et sont reçus cordialement par Jean Caylar d’Anduze de Saint-Bonnet, seigneur de Toiras, chef de camps du régiment de Champagne. Il faut dire que l’uniforme de mousquetaire du Comte de Ponthieu constitue une lettre d’introduction dès plus efficaces. Ne se reposant jamais sur leurs lauriers, nos amis se mettent à l’œuvre en parcourant l’île pour y déceler les endroits les plus propices à un débarquement. La plage sablonneuse de Sablenceaux leur semble la plus propice à établir une tête de pont pour les forces anglaises.

Bourbon-Condé et La Croix ne chôment pas non plus. Dès leur rapport, ils informent le Cardinal qu’ils vont rejoindre leurs amis. Geneviève est également du voyage. Nul ne sait toutefois comment la brave Provençale a réussi à réunir autant de victuailles, en si peu de temps. Cela dit, la lettre d’introduction rédigée par le Cardinal a un effet immédiat sur Toiras.

Arrivés sur place, l’œil d’aigle, ou plutôt d’aiglonne, de Bourbon-Condé note la présence d’un visage familier parmi les soldats, le fourbe Scippio, anciennement au service de Concini, qui se fait désormais appelé Flavien. Le scélérat reste prêt de son jeu et convainc même Mehmet que les années l’ont amené à amender sa conduite, malgré le scepticisme de La Croix. Bourbon-Condé se propose de l’épier.

Les voiles anglaises sont repérées et les troupes de Sa Majesté Très Chrétienne se mettent en branle pour les affronter sur la plage de Sablenceaux, comme l’avaient prévu nos amis. Près de 100 navires anglais participent au débarquement.

Pendant la bataille, Bourbon-Condé note que Scippio alias Flavien se dirige vers une petite fortification en bois et voit l’éclat d’acier d’une lame. Rapidement, avec l’aide du reste de la bande, elle se lance à l’assaut du scélérat, manifestement prêt à exécuter quelque traîtrise. Une canonnade rend toutefois la chose plus difficile que prévu.

Effectivement, Scippio a déjà tué trois des quatre soldats assignés à la garde, avant d’être surpris par Bourbon-Condé. Après une brève défense, l’ancien sbire de Concini fuit. Mehmet et Bourbon-Condé le poursuivent tandis que Ponthieu et La Croix assument la défense du fortin, contre une vingtaine d’Anglais.

Le fourbe assassin est rattrapé, pendant que La Croix, dénué de toute expérience militaire, réussit néanmoins à faire œuvre utile avec son mousquet.

Les Anglais sont cependant trop nombreux et réussissent à débarquer, mais en payant un lourd tribut en vies humaines. Toiras ordonne à ses troupes de se retrancher à la Citalle de Saint-Martin-de-Ré et de se préparer au siège qui s’ensuivra.

Scippio est interrogé vigoureusement par nos amis, peu sympathiques au scélérat, lequel les informe que ses services furent retenus par la Duchesse de Chevreuse, suite à une recommandation du maître de la garde-robe. Son point de contact était toutefois d’Ornano, qu’il devait rencontrer dans un petit village une fois sa mission accomplie. Celle-ci impliquant, entre autres, l’assassinat de Toiras. Un petit billet est produit pour prouver les dires de l’assassin. Les héros, forts de ces révélations, consentent à laisser la vie sauve à l’assassin, qu’ils enjoignent de quitter la France pour toujours.

Constatant que le devoir les appelle ailleurs, nos amis décident de quitter le fort. Pour ce faire, ils s’invitent au camp de Buckingham, avec qui ils discutent, usant ici de flatterie, là de séduction. Malgré l’opposition de l’antipathique Lord Burnaby, le favori du roi anglais accepte de les laisser quitter l’Île de Ré.

Comments

FXR FXR

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.