Un peu d'histoire

Nous commencons en 1617, dans une période tumultueuse de l’Histoire de la France.

Il y a à peine 45 ans, des milliers de protestants furent tués pendant le Massacre de la Saint-Barthélémy . La signature de l’ Édit de Nantes en 1598, octroyant une liberté de cultes aux Hughenots, ainsi que la possibilité de déternir certaines places fortes atténue les tensions religieuses, mais celles-ci restent vives.

Le mariage du roi de France Henri IV avec Marie de Médicis, une princesse italienne, contracté en 1600 uniquement pour des raisons financières permet à la France de se doter d’un hériter puisque, moins d’un an plus tard, naît Louis.

Les choses semblent s’améliorer, mais la situation redevient critique rapidement.

Le 13 mai 1610, avant de partir en guerre contre la puissante Espagne, Henri IV se rend aux demandes de sa femme et fait sacrer Marie de Médicis comme reine. Une première pour la France.

Le lendemain, Henri IV est assassiné par Ravaillac, un fanatique catholique. “Ce n’est rien” furent ses derniers mots avant de mourir le poignard dans le coeur. Le procès de Ravaillac est entâché de nombreuses irrégularités. Il devient impossible de savoir s’il a agit seul ou sous le coup de commanditaires.

Le dauphin devient roi, mais étant mineur, c’est sa mère qui assure la régence du royaume.

La régence est fort décriée. D’un côté les protestants craignent un rapprochement avec la très Catholique Espagne, pendant que les Grands du Royaume critiquent les faveurs octroyés à Concino Concini, le mari de la compagne de jeux d’autrefois de Marie de Médicis.

Le 1613, le favori de Marie de Médicis, Concino Concini est nommé maréchal, alors que ce dernier n’a jamais combattu. Cette décision mécontente fortement la noblesse.

Le 1614, les États généraux sont convoqués. Malheureusement pour lui, le Prince de Condé, grand opposant à la régence, ne parvient pas à structurer l’opposition contre la régente. Les États généraux sont un échec, Bien qu’ils permettent aux gens de découvrir les grandes compétences de Armand Jean du Plessis de Richelieu, qui deviendra plus tard secrétaire d’État pour la guerre.

Le mariage de 1615 du Roi avec l’Infante d’Espagne aurait pû calmer les choses, mais c’est peine perdue. La révolte gronde et la noblesse s’apprête à prendre les armes. L’entrée du Prince de Condé au conseil des ministres calme le jeu, bien que celui-ci est ensuite emprisonné en raison de ses demandes.

En 1617, la situation est explosive. Le conseil des ministres, dirigé de fait par Concino Concini est composé d’hommes loyaux à lui et à Marie de Médicis. Dans les faits, la régence se poursuit, malgré la majorité du Roi. Pendant ce temps, la France est cernée par des ennemis réels ou potentiels : la puissante Maison des Habsbourg règne sur l’Espagne, les Provinces-Unies (PaysBas sous contrôle espagnol) et la Franche-Comté, sans parler de la protestante Angleterre.

Un peu d'histoire

De cape et d'épée FXR FXR