De cape et d'épée

1617, chapitre XVI - Le chêne noirci

Où l'on est invité à un bien curieux rendez-vous

À l’auberge, un bien curieux message attend nos amis : un billet signé par le duc de Lerme les conviant à le rencontrer près du chêne noirci, un ancien lieu, supposément, où druides se réunissaient.

Évidemment, tous soupçonnent un piège, mais personne n’en devine exactement les contours. La curiosité étant un bien vilain défaut, les quatre camarades décident de se rendre au rendez-vous.

Après la prise de quelques informations relativement aux lieux, Mlle de Bourbon-Condé, sous les traits de Grégoire de Scorailles, MM. de la Croix, de Joigny et de Ponthieu se rendent au chêne foudroyé par la foudre, lequel trône au centre d’une clairière.

À gauche, l’éclat métallique d’un canon de mousquet, à droite, une silhouette qui détale. De Joigny tire un coup vers le canon, pendant que de Ponthieu fonce vers le mousquetaire. Hélas, celui-ci s’avère n’être qu’une simple branche d’arme plantée dans le sol. De la Croix se lance après le fuyard. Profitant de sa condition physique avantageuse, il file et finit par rattraper un garçon. Celui-ci lui avoue avoir été payé par un grand Espagnol (Alvarro sans aucun doute) et remet un autre billet à l’épéiste:

Chers amis,
Votre présence m’est devenue trop familière pour que je ne vous vois pas au Louvre sous peu.
Amicalement,

Votre ami le duc de Lerme

Grégoire de Scorailles se dirige vers une petite boîte placée au pied du chêne. Celle-ci contient une bouteille de vin espagnol, qu’il fracasse contre l’écorce de l’arbre.

Le temps file et le mariage sera célébré sous peu. Chacun sort de la forêt, de la Croix ayant l’avantage de suivre le jeune garçon lequel est très familier avec la topographie des lieux.

Comments

FXR FXR

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.