De cape et d'épée

1626, Chapitre VI: Colinges-sur-Seine

Où l'on passe du fermier général au maréchal

Nos héros se dépêchent pour gagner le paisible village de Colinges-sur-Seine, un groupe de masures paysannes. Évidemment, on n’y trouve point d’un monsieur Duperré, mais la demeure la plus importante, une maison de campagne d’envergure certaine, est celle du fermier général, lequel se retrouve être nul autre que Le Flaguet.

Nos amis se doutent que ce taciturne personnage saura les reconnaître en moins de deux. Bourbon-Condé prend donc les apparences de Scippio et Mehmet l’accompagne, ce dernier étant inconnu de Le Flaguet.

Le Flaguet indique qu’il fera parvenir un message à Monsieur Duperré et un course part effectivement vers Paris. La Croix tente de l’arrêter, mais comble de malchance, sa tête heurte une branche solide et il tombe de son cheval avant de sombrer dans l’inconscience. À son réveil, ses armes sont disparues. L’hypothèse d’un malheureux accident est écartée par Ponthieu qui y voit le fait d’armes de lâches malotrus

Il est clair que le monsieur Duperré en question est en réalité D’Ornano, mais ce dernier ne se présente pas. À sa place, le Maréchal de Bassompierre tente d’amadouer nos amis en leur plaidant l’autre côté de la médaille. Hélas pour l’auguste maréchal, les actes peu honorables du gouverneur de Gaston de France sont considérés par nos amis comme crimes impardonnables, ce qui est une conclusion nullement déraisonnable, vu les événements passés.

Le retour vers Paris se fait sans encombre et un rapport est fait au Cardinal. Ce dernier ordonne l’arrestation immédiate de d’Ornano.

La Croix a le plaisir (ou le déplaisir, dirons certains) de retrouver ses armes à son domicile accompagnées d’une note d’une certaine demoiselle espiègle.

Comments

FXR FXR

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.