Adelaïde de Bourbon-Condé

Marquise des Isles et nièce d'Henri II

Description:

Motivation: Truth

Âge: 25 ans

Date de naissance: 1595

Careers Qualities Combat Characteristics Languages
Noble: 1 Might: 0 Brawl: 0 Lifeblood: 10 French (N)
Spy: 4 Daring: 1 Melee: 2 Fortune: 5 Italian (N)
Temptress: 1 Savvy: 2 Ranged: 0 Composure: 3 Dutch (B)
Duelist: 1 Flair: 2 Defense: 3 Advantage: 3 Spanish (F)

BOONS

  • Attractive
  • Silver-tongued
  • Master of Disguise
  • Great Wealth
  • Trusted Companion (Geneviève)

FLAWS

  • Double Life
  • Obligation – Cardinal Richelieu

Mastered Maneuvers

  • Dodge (Re)(+2 Defense) (1 Dodge gratuit par tour)
  • Riposte (Re)(Flair+Melee) (1 Riposte gratuite par tour)

Advancement points: 27/52 (10AP: Silver-tongued; Duelist 1; Dodge Mastery; Riposte Mastery)

Bio:

Fille de Catherine de Bourbon-Conté, elle a héritée du titre de sa mère suivant son décès lorsqu’elle la mise au monde; à l’image de sa mère, son titre fût transmis de mère en fille.

En tant qu’orpheline, et n’ayant que peu de contacts réels avec son père, la jeune Adélaïde n’avait que peu d’intérêt à s’immiscer dans les histoires de familles. Elle se plaisait plutôt à fréquenter des académies de province et visiter les contrées hollandaises, belges et surtout italiennes avoisinant la France.

Côté pedigree, Henri Ier de Bourbon, 2ième prince de Condé et grand-père d’Adélaïde, a engendré Henri II, oncle d’Adélaïde et un protestant avoué, comme son père. Bien qu’elle aille peu connu son oncle lors de son enfance, lui qui était fréquemment en train de se sauver avec sa femme de ses querelles avec Henri IV, elle a pu partager son temps pendant quelques années suivant son retour au pays suivant la mort du roi en 1610. C’est d’ailleurs au travers d’Henri qu’Adélaïde fit ses premiers pas à la Cour, son oncle étant nommé vice-roi de la Nouvelle-France en 1611 au sein du conseil de la régence. Elle passa aussi beaucoup de temps avec son entourage à l’Hôtel de Gondy, donné à son oncle par Louis XIII.

Toutefois, Henri a ensuite publié en 1613 un manifeste assez violent contre le pouvoir établi, en défense des protestants et contre l’influence de Concini. Adélaïde sait que l’Évêque de Luçon est à l’origine de l’emprisonnement de son oncle à la Bastille. Même si elle n’est pas protestante de foi, elle estime que Richelieu n’avait pas de droit ou d’honneur à le faire arrêter en plein Conseil de régence, et que l’influence de la Régente et de Concini est néfaste pour la noblesse parisienne. Autrement, les manières d’Adélaïde sont impeccables, et ses récits de contrées la rend très populaire auprès de visiteurs étrangers à la Cour. Aussi, la richesse de sa famille attire toujours les regards de jeunes nobles cherchant à courtiser les faveurs auprès d’une plus haute noblesse.

Adelaïde est revenue récemment d’un séjour en Italie, et il apparait qu’un jeune prétendant imberbe, Grégoire de Scorailles de Haute-Auvergne, issu d’une famille de réputation tout au plus correcte du sud de la France s’est amouraché d’elle. Ce jeune homme se dit d’une branche mineure de la famille de Scorailles. D’expression adéquate, il se veut un vaillant protecteur de l’honneur de sa prétendue, mais outre son enthousiasme, peu de choses sont connues de lui. Il aime toutefois s’entretenir avec les gens de la Cour du roi, et souhaite mettre à profit ses talents pour gagner l’affection d’Adélaïde. Si celle-ci apprécie sa compagnie, nul ne le sait, les peu d’instants qu’ils passent ensemble n’étant jamais de nature publics. Toutefois, l’entourage de la Mademoiselle semble courtois et apprécie la ferveur et l’amabilité du jeune homme.

Adelaïde de Bourbon-Condé

De cape et d'épée FXR ChrisMajor